INFRASTRUCTURE verte DEDIÉE A LA BIODIVERSITÉ et aux services écosyStémiques.

F

orte de son expérience sur les milieux naturels, l’équipe Biolandscape du Pr Grégory Mahy a étendu son rayon d’action. Elle crée un lien entre la biodiversité et les activités industrielles : elle développe un programme de recherches et de projets appliqués sur des sites urbains, dans le respect de la biodiversité et de la durabilité. L’équipe peut faire valoir des compétences en design de l’espace et en ingénierie écologique, ceci au sein des infrastructures vertes et des écosystèmes urbains.

Au cœur de la plateforme WASABI, ces projets d’infrastructures vertes permettent d’étudier :

La gestion différenciée des espaces verts urbains

La gestion différenciée consiste à adapter le mode de gestion selon les contraintes propres à chaque espace. Ceci permet de limiter le nombre d’interventions de gestion, ainsi que les impacts environnementaux associés. Au sein de la plateforme WASABI, la diversité d’écosystèmes est représentative des espaces verts urbains : gazon ornemental, gazon fleuri, bandes fleuries, prés fleuris, haies d’essences natives, bosquets arborés et sous-bois naturels, friches avec flore spontanée… Des expériences de végétalisation d’espaces minéralisés (parkings, dalles...) ont lieu également. En collaboration avec les services des espaces verts de la faculté de Gembloux Agro-Bio Tech ULiège, les techniques de création et de gestion de ces écosystèmes sont testées : techniques de semis, composition des semis, modalités de tonte et de fauche, contrôles des espèces invasives… La biodiversité de ces écosystèmes et leurs services écosystémiques seront suivis grâce à une application de monitoring citoyen, BioPlanner, et à des travaux d’étudiants bioingénieurs ainsi qu’à des architectes paysagistes. Un partenariat avec Adalia, structure responsable de l’encadrement des communes en gestion différenciée, permettra d’ouvrir le site aux acteurs de la gestion des espaces verts.

 

Quelques chiffres :

  • 320 ares de friches urbaines, dont 0,13 sur le site de WASABI
  • 2 étangs permanents, celui de WASABI étant végétalisé à l’aide de plantes aquatiques indigènes adaptées à différentes profondeurs
  • 1,9 ha de prairies fauchées tardivement, dont 0,5 ha compris dans la plateforme.
  • 2 ha de gazon fleuri, dont 3300 m² dans WASABI
  • 100 de noues (c’est-à-dire des zones tampons pour les eaux de ruissellement) analogues aux prairies mésophiles
  • 110 m d’alignements de petits fruitiers
  • 100 m de haies bocagères, qui seront implantées au niveau du jardin de pluie et des buttes permacoles de WASABI.

 Les toits et murs végétalisés durables

Les toits et murs végétalisés sont des ‘Nature Based Solutions’ contribuant au développement des milieux urbains de qualité. Ces techno-écosystèmes posent toutefois des questions de durabilité tant au niveau biologique (choix des espèces) que technologiques (irrigation, cycle de vie des matériaux, éco-bilan…). Au sein de la plateforme WASABI, des solutions d’ingénierie écologique sont expérimentées afin de créer des toits et murs verts. Ces derniers maximisent le soutien à la biodiversité, car ils nécessitent le moins possible d’intrants, d’irrigation et d’entretien, tout en délivrant des services écosystémiques qui participent à la durabilité du milieu urbain (atténuation des extrêmes climatiques, cycle de l’eau, qualité de l’air, accès à un cadre de vie de qualité, opportunités de délassement...) Les toitures végétales et les murs végétaux sont par ailleurs capables d’héberger des habitats analogues aux milieux naturels (pelouses sèches, éboulis, prairies...). Ce qui constitue un véritable soutien à la biodiversité. Les recherches sur les techno-sols s’inscrivent dans une démarche d’économie circulaire, maximisant le recyclage de matériaux urbains. La régulation du cycle de l’eau, problème majeur en milieu urbain, y est étudiée en étroite collaboration avec le Professeur Aurore Degré, spécialiste en hydrologie. En plus de contribuer aux recherches scientifiques et à l’innovation technologique, les systèmes mis en place servent également de plateforme de démonstration pour les professionnels et autres partenaires du secteur.

En support à cette structure, et toujours au sein de WASABI, les projets Cityroof et MURVERT ont vu le jour :

  • Cityroof : soutenu et financé par l’ULiège, ce projet étudie le développement de toitures vertes analogues et durables. Le projet rassemble 3 doctorants de profils complémentaires (architecture, génie civil et bioingénierie). A Gembloux Agro-Bio Tech ULiège, les interactions biodiversité et techno-sol sont étudiées aussi bien dans des dispositifs expérimentaux contrôlés (expérience en pots, mini-toitures vertes...) qu’en situations réelles sur la toiture verte du centre de recherche TERRA. Dans un futur proche, le toit du nouveau Smart Gastronomy Lab (lab gembloutois dédié aussi bien à la gastronomie qu’à la technologie) sera aussi le lieu d’expérimentations de ce type.

Quelques chiffres pour Cityroof :

  • + de 2 millions de graines commandées auprès de pépiniéristes locaux et semées sur 400 m² de la toiture végétale TERRA
  • 15 m2 de toitures expérimentales suivies en détail depuis 3 ans, ce qui correspond à près de 200 heures d’observation
  • 5 Travaux de Fin d’Etudes et 1 doctorat
  • des milliers de pollinisateurs nourris grâce aux fleurs des plantes
  • 60 mini-toitures végétales
  • 500 plants d’espèces natives fournis par des pépinières belges
  • + de 3 tonnes d’acier
  • 1400 litres d’eau de ruissellement récoltés en 1 mois
  • + de 2000 litres d’eau retenus par le système en 1 mois
  • MURVERT est une spin-off soutenue par le SPW (Fond First Spin-Off). Elle a pour ambition de créer des murs végétaux durables qui s’intègreront autant dans le fonctionnement d’une ville que dans le réseau écologique régional. Le premier pilier repose sur l’adaptation d’un choix des espèces végétales au contexte écologique du bâtiment ; le second, sur la solution technique pour végétaliser les façades ; le troisième pilier soutient quant à lui une vision éco-responsable (minimisation des intrants, amélioration du cycle de vie, promotion du circuit court pour le choix des matériaux de source régionale).

 

Quelques chiffres pour MURVERT

  • + de 500 m³ d’économie d’eau visée par an pour un mur de 150 m², en comparaison à un mur végétal traditionnel
  • + de 3000 plantes suivies pour le prototypage
  • + de 1,5 tonne d’éléments recyclés valorisés dans les murs tests
  • 000 euros de budget pour le prototypage
  • 60 modules en test sur la zone expérimentale WASABI
  • 30 capteurs atmosphériques et hydrologiques pour étudier les prototypes

BioPlanner

BioPlanner est un outil numérique de support à la gestion de la biodiversité du bâtiment en ville. Avec cet outil, n’importe quelle entreprise ou gestionnaire d’espaces souhaitant réaliser des aménagements en faveur de la biodiversité peut cibler les zones dédiées sur une carte et accéder à un guide de la faune et de la flore. L’outil permet de suivre les actions de terrain et les effets sur la biodiversité, grâce à des indicateurs simples et fiables. Il est conçu dans un esprit collaboratif, interactif et adaptatif : tant le personnel d’une entreprise que les particuliers peuvent l’étoffer dans une démarche citoyenne. BioPlanner est l’outil de mise en œuvre et de management de la gestion différenciée des espaces verts de WASABI.

Partagez cette page